Casino en ligne Suisse : que vont devenir les casinos en ligne ?

AccueilSite de jeuxCasino en ligne Suisse : que vont devenir les casinos en ligne...

La nouvelle loi prévoit que tous les opérateurs étrangers ciblant les joueurs natifs suisses seront bloqués par les fournisseurs Internet du pays et que l’opérateur sera alors mis sur liste noire.

Les fournisseurs étrangers des casinos terrestres suisses seront en mesure de continuer à fournir leurs marchandises à leurs clients, mais ces casinos devront fournir la preuve que leur fournisseur international a «maintenu une bonne réputation».

Casino en ligne Suisse : que vont devenir les casinos en ligne ?

Concernant le domaine casino en ligne suisse, les choses ne sont encore pas très claires. Cependant, la nouvelle loi semble aller en direction de deux directives importantes :

  • posséder un casino terrestre pour ouvrir un casino en ligne
  • être domicilié en Suisse pour exploiter un casino en ligne

Une loi qui s’apparente à une véritable bouffée d’air pour les acteurs suisses du casino

Pour les fans de poker dans le pays, la nouvelle loi sur les jeux d’argent sera une bouffée d’air frais puisque la loi lèvera l’interdiction des petits tournois de poker en dehors des casinos.

En 2010, la plus haute cour de Suisse a provoqué la colère parmi les joueurs de poker professionnels du pays après avoir interdit les tournois de poker privés, arguant que la chance plutôt que les compétences étaient l’ingrédient clé du jeu de cartes populaire. La Cour suprême a décidé que les tournois de poker organisés devraient être limités aux casinos.

Loi fédérale

Roulette, blackjack, poker : ces jeux et d’autres jeux de hasard, les casinos suisses pourront également les proposer sur Internet si la nouvelle loi fédérale sur les jeux d’argent (LJAr) entre en vigueur. Il a été adopté par le Parlement en septembre de l’année dernière.

Tout comme les tables de jeu réelles, les tables virtuelles devraient également être approuvées sous certaines conditions. L’accès à toutes les offres de jeux en ligne sans concession fédérale serait bloqué.

D’autre part, les clubs qui ont le droit d’organiser de grandes loteries et des paris sportifs pourraient suggérer de nouvelles formes de loteries et de paris sportifs auprès du BGS. Par exemple : parier dans les magasins et en temps réel, pendant un événement sportif.

Autre nouveauté : les prix gagnés dans les loteries et les paris sportifs seraient exonérés d’impôts jusqu’à un million de francs. Actuellement, cette règle ne s’applique qu’aux prix d’un montant maximal de 1 000 francs. Parmi les innovations du BGS figure également l’octroi de licences pour les petits tournois de poker en dehors des casinos.

Le profit pour le bien commun

L’idée de base de cette législation est que l’État réglemente et contrôle le marché des jeux d’argent, tout en veillant à ce que ce dernier maintienne son offre à jour.

Avec la mise en œuvre de l’article constitutionnel accepté par le peuple et les cantons en 2012 sur les jeux d’argent, le BGS a pour mission de veiller à ce que le produit des jeux d’argent soit affecté à l’assurance vieillesse et survivants (AVS) et à l’assurance invalidité (AI), ainsi qu’à des institutions culturelles, sociales, caritatives et sportives.

Des lecteurs lisent aussi  Casino en ligne sans dépôt
Des lecteurs lisent aussi  Casino en ligne : tout à portée de main

Au Parlement, la nouvelle loi a été adoptée à une large majorité. Seuls le Parti vert libéral (PPL), la majorité de l’Union démocratique du centre (UDC) et une petite minorité du Parti démocrate libre (PRD. Die Liberalen) s’y sont opposés.

La rébellion des jeunes

Ironiquement, cette loi, présentée par le gouvernement et le parlement suisses comme une “adaptation à l’ère numérique”, est combattue par ceux que l’on appelle les “digital natives”.

Les casinos paient entre 40 et 80 % d’impôts sur leur revenu brut.

Les taxes perçues auprès des grands casinos (casinos A) contribuent directement à la sécurité sociale (AVS) et à la caisse de pension d’invalidité (IV).

Pour les casinos de taille moyenne (casinos B), 60% des taxes perçues sont attribuées à l’AVS/AI et 40% aux fonds des cantons (gouvernements régionaux) dans lesquels les établissements opèrent.

En 2016, les 21 casinos ont encaissé 275,9 millions de francs pour le système de sécurité sociale. En outre, les casinos paient également des impôts sur leurs bénéfices, comme les autres entreprises du pays.

Les sociétés Swisslos et Loterie Romande proposent toutes les loteries et méthodes de pari autorisées par le gouvernement suisse. Tous les bénéfices réalisés grâce à ces activités sont attribués à des activités caritatives, principalement dans les secteurs culturel, social, sportif et environnemental.

En 2016, le bénéfice net des deux entreprises s’est élevé à 630 millions de francs.

Ils financent également des activités visant à lutter contre la dépendance aux jeux d’argent. En 2016, celles-ci ont coûté 4,5 millions de francs.

Les groupes de jeunes des quatre grands partis représentés au Parlement – UDC, FDP, GLP et Verts – ont appelé à un référendum contre la nouvelle loi. Les quatre jeunes partis ont gagné leur premier pari : ils ont réussi à collecter les 50 000 signatures nécessaires pour porter le BGS aux urnes.

Et ce n’est pas tout : il semble presque certain que les jeunes partis de l’ensemble de l’échiquier politique au Parlement uniront leurs forces contre la loi sur les jeux d’argent. Entre-temps, les jeunes partis du Parti social-démocrate (SP) et du Parti démocratique civique (BDP) ont rejoint le camp du “non”.

Et le parti des jeunes libéraux a réussi à préparer un coup habile pour la campagne du référendum : ils ont pu convaincre l’assemblée des délégués du parti libéral (FDP) afin que la matrice du parti s’exprime contre la loi et influence ainsi la faction parlementaire du parti, qui avait donné le “oui” à la loi avec une large majorité.

Contre la “censure” et le protectionnisme

Le blocage des fournisseurs étrangers n’est pas la seule, mais la principale raison de l’opposition de tous bords au BGS. Ils condamnent la “censure étatique de l’internet” et “l’isolement numérique”.

Pour les opposants, un tel blocage viole la liberté économique et d’information. Une telle interdiction du réseau constituerait un “dangereux précédent”. “Ce qui commence avec le poker en ligne pourrait rapidement conduire à davantage de censure dans le secteur de la musique, des films ou même des sites d’information”, craignent-ils.

Des lecteurs lisent aussi  Jeux casino : Les jeux de casino vidéo poker en ligne

Une pratique répandue

Les jeux d’argent ne sont pas seulement des biens de consommation en libre accès : aujourd’hui, des autorisations sont nécessaires, a déclaré la ministre suisse de la Justice Simonetta Sommaruga lors du lancement de la campagne de votation du BGS.

Des lecteurs lisent aussi  Jeux casino : Les jeux de casino vidéo poker en ligne

De plus, le blocage ne serait pas une particularité suisse : c’est une pratique qui est déjà appliquée dans de nombreux pays. Rien qu’en Europe, il est déjà mis en œuvre dans 17 pays, dont deux – l’Italie et la France – sont limitrophes de la Suisse, a souligné Mme Sommaruga.

Les exploitants de plateformes de jeux qui ne possèdent pas de concession fédérale ne reverseraient pas une partie des ressources à l’AVS/AI et aux institutions de bienfaisance, a précisé le ministre. En outre, ils ne seraient pas tenus de prendre des mesures pour éviter les risques liés aux jeux d’argent, tels que la dépendance, la fraude et le blanchiment d’argent.

Protection insuffisante des joueurs

Le BGS a toutefois renforcé les mesures visant à protéger les personnes contre la dépendance pathologique au jeu. L’obligation d’adopter ces dispositions, qui s’appliquent déjà aux casinos, serait également étendue aux cantons et à leurs sociétés de loterie. La nouvelle loi stipule également qu’au moins un spécialiste de la prévention de la toxicomanie doit figurer parmi les responsables des autorités de régulation.

Mais même sur cette question, les opposants au BGS sont d’avis que les dispositions légales sont inadéquates et qu’une commission nationale de spécialistes devrait être créée. En outre, les cantons devraient prélever une taxe spécifique pour financer les coûts des conséquences du jeu excessif. Ils visent notamment le fait que les gains de loterie jusqu’à un million de francs soient exonérés d’impôts.

Les lobbies compliquent le jeu

Mais dans la lutte entre partisans et adversaires de la loi sur les jeux d’argent, il ne s’agit pas seulement d’arguments qui ont un rapport direct avec le texte légal. Ainsi, les partisans accusent les opposants d’être payés par des sociétés étrangères de jeux en ligne.

En fait, le comité des opposants à la loi a reçu le soutien financier de deux de ces entreprises internationales. C’est pourquoi le groupe des jeunes du parti vert a créé un comité distinct, afin d’être financièrement indépendant.

Les opposants, quant à eux, accusent les partisans d’être manipulés par les casinos et les associations interétatiques qui organisent les loteries et les paris sportifs, et dont ils ont reçu des fonds pour la campagne référendaire.

La pression est grande et le camp du “oui” – qui comprend le gouvernement et la majorité des députés et des gouvernements régionaux – bénéficie d’un soutien large et diversifié. Leurs alliés sont les organisations et les associations, notamment sportives, culturelles et sociales.

Ils sont également soutenus par un large comité d’avocats, comprenant des politiciens de droite et du centre, issus de la politique fédérale et régionale. La lutte est encore intense et loin d’être décidée.